Arlon, le débrief’

Avant de lire cet article, je te propose de passer par ici :

Mes valises pour Arlon

Lundi 5 février : journal d’une semaine de folie à Arlon

 

Après réflexion, j’ai pas envie de vous parler en détail de toute ma semaine, avec un article par jour. D’abord parce que c’est long à écrire, ensuite parce que c’est long à lire. Toutefois, la première journée était tellement intense que ça valait le coup d’en faire un seul article. Pour ceux qui ont aimé mon « Journal d’une semaine de folie », voici un petit débriefing sur mon voyage improvisé.

Les choses que c’était bien-tout-bien de faire :

 

Demander ! Ne pas avoir peur du non. Parce que tout le monde le sait : c’est dur de dire non. Pourquoi est-ce que les autres me le diraient à moi ? Et quand ils disent non, ce n’est pas une fin en soi : au minimum ils m’encouragent, au mieux ils réfléchissent et proposent une solution à mon problème (par exemple : la dame qui m’a montré les maisons de ses voisins sympas et m’a conseillé d’aller demander chez le curé).


Toujours avoir un plan B si jamais les choses ne se passent pas comme prévu. Pour mon cas, j’avais prévu de dormir dans ma voiture au pire du pire du pire, et cette option ne pouvait pas me filer entre les doigts, c’était une valeur sûre si je ne trouvais rien. J’aurai même pu être fataliste ou fainéante et me contenter de cette option dès le départ (Aglagla quand même). Mais grâce au fait que j’ai osé sortir de ma zone de confort, un nouveau-tout-beau plan B s’est présenté à moi : si je n’avais pas trouvé de logement, j’aurai probablement été me garer devant l’église pour attendre le retour du prêtre.


Puisqu’on en parle : sortir de ma zone de confort était enrichissant et fun ! J’avais une impression de liberté, et puis j’ai créé beaucoup d’interactions sociales puisque j’étais obligée de parler aux gens si je voulais pouvoir dormir au chaud. Interdit de croiser quelqu’un sans lui demander s’il peut m’aider, interdit de marcher dans les rues avec mon nez sur mon téléphone, je DOIS choper la moindre chance qui se présente à moi et parler à un max de gens. C’est fatiguant mais gratifiant à la fois : voir les gens se creuser la tête pour une inconnue, je trouve ça beau moi.


Effectuer des services en échange de l’hospitalité, ça m’a permis de déculpabiliser de mon intrusion. Le premier jour, j’ai pas fait grand-chose, parce que j’avais l’impression de rentrer dans leur vie intime. Et puis à partir du deuxième jour, je me suis dit « Bah après tout oui, tu es là, plongée dans leur vie, autant que ce ne soit pas pour décorer ». J’ai donc pris des initiatives petit à petit : l’occupation des enfants, la vaisselle, le coucher des petits loups… Et mon malaise s’est vite dissipé. On m’a laissé faire à chaque fois, voyant que je faisais de mon mieux. Je posais beaucoup de questions sur comment faire, à quelle heure, où ranger, …  pour perturber au minimum leurs habitudes et faire les choses à leur manière. Après avoir vu que j’étais volontaire, ils n’ont plus hésité à me diriger vers telle ou telle tâche pour les soulager/leur faire gagner du temps.

 


Les choses que, après réflexion, j’aurai du faire :

 

En frappant chez les gens, pour créer le contact, demander si je peux remplir ma gourde chez eux. Ainsi, si la personne qui ouvre ne m’inspire pas, je ne suis engagée à rien (coup de bol, ça ne m’est pas arrivé). Ça permet aussi de faire la conversation pour que la personne prenne confiance. Si elle pose des questions sur mon sac de voyage par exemple, c’est déjà un bon point car ça signifie que la personne s’intéresse, voire même qu’elle peut m’aider. C’est elle qui entame la conversation, et je ne force pas la main quand je demande si elle connait un endroit où je peux dormir en échange de services.


A la fin de ma semaine, j’avais très envie de remercier ma famille d’accueil, et je leur ai acheté des cadeaux. Mais j’ai trouvé ça dommage de ne pas avoir emporté avec moi une ou deux de mes créations pour leur offrir. Surtout que je crois qu’elles auraient eu leur petit succès dans la déco de leur maison. Surtout-surtout que je leur avais parlé de mon projet toute la semaine, et que chaque jour ils me demandaient comment s’était passé la formation. Donc oui, ça m’a fait bizarre de ne pas pouvoir leur offrir en disant « Merci pour votre hospitalité, vous avez contribué aux premiers pas de mon entreprise, et en voici un souvenir ! ».

 

 

Finalement je ressors de cette expérience plus grande, avec plein de bons moments ancrés dans ma mémoire. Ça valait tellement la peine !

Sortir de ma zone de confort, je crois sincèrement que je pourrai en devenir addict. J’espère aussi que c’est contagieux et que je vous ai au-moins donné l’envie casser votre quotidien en partant à la rencontre des personnes que vous croisez, car c’est plus de chances qui se présentent à vous de rencontrer des gens fantastiques.

Un grand merci à J. pour la formation et les mille conseils, tu es peu commun et c’est une belle qualité.
Merci à tous ceux qui ont croisé ma route et qui se sont laissés interrompre dans leur train-train pour discuter avec moi.
Un énoooorme merci à P. pour le thé qui réchauffe les mains et le cœur, à S. et P. pour l’hospitalité que je n’aurais même pas osé espérer en rêve, et pourtant on sait à quel point je suis rêveuse. Et enfin, plein de gros bisous aux charmants petits loups A. et R.

Vous allez me manquer.

9 Commentaires

  • Poopette Répondre

    J’adore 💕

    • Élodie Smet Répondre

  • Johnny Lagneau | Creative Atoms Répondre

    Wooooh, quelle expérience et quelle semaine. Merci à toi d’avoir apporté tes remarques au groupe et ta volonté d’avancer.

    Bravo.
    J.

    • Élodie Smet Répondre

      J’espère que tout se passe au mieux pour toi depuis la formation, encore MERCI pour cette semaine !

  • Demoustier Répondre

    Belle expériencepar les temps qui courts . Tu dois être fière de toi pour avoir réussi , félicitations à toi et ton moral , le contact des autres peut être gratifiant bravo encore et merci à ta famille d accueil bisous

    • Élodie Smet Répondre

      Oui en effet, plutôt fière et hâte de remettre le couvert !
      Merci 🙂

  • Peete Répondre

    Magnifique dessin 😉

    • Élodie Smet Répondre

      De la part d’une magnifique petite fille 😉

  • Véro Répondre

    Je confirme : magnifique dessin. La maison du sourire et cela se confirme dans le récit d’Elo. Bravo pour l’accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.