Comment éviter les piqures de moustiques

 

Chaque année depuis toute petite, je suis la cible de ces misérables insectes suceurs de sang qui me laissent d’horribles boutons chatouilleux à souhait, tu vois sûrement de quoi je parle, j’ai nommé les moustiques ! Le fléau de l’été…

Je ne prétends pas obtenir la palme d’or de la pire réaction aux piqures moustiques, non non je laisse cet honneur à mes amies Anne-So et Morgane 😉, toutefois ça reste quand même super désagréable comme sensation.

Miam miam miam…

 

Hé bien avec les vacances et les quelques dodos-pas-chez-moi, je me suis fait attaquer à plusieurs reprises et j’ai réalisé que ça ne m’était plus arrivé depuis longtemps, et même que ça n’arrivait JAMAIS quand je dormais chez moi… Mais pourquoi donc ?

J’ai étudié mon environnement pour comprendre, et j’ai découvert les différentes raisons qui éloignent les moustiques de ma chambre. Et quoi de mieux que de te partager ces explications ? (la recette des meringues, c’est mieux, mais ça n’a rien à voir avec le sujet……..).
Tout d’abord, permets-moi de te dire que mes nombreux voisins ont dans leur jardin des petites mares, des fontaines, des piscines et autres milieux propices au développement des moustiques, donc ne t’en fais pas, même si tu vis à côté d’un lac, ton cas n’est pas désespéré 😉 La question est de savoir si les astuces que je vais te partager vont te plaire, mais ça, il n’en tient qu’à toi…

 

 

Premier avantage environnemental :

Et oui, je parle d’environnement parce qu’au fond, je n’y suis pour rien et je n’ai qu’à remercier dame nature : je vis dans une zone boisée, peuplée par bon nombre de chauves-souris.

Sachez que chaque début de printemps elles se mettent à la recherche d’un endroit où passer la bonne saison. Pour votre chance, peut-être que votre grenier, votre garage ou votre abri de jardin a un petit trou dans le mur ou la toiture qui permettra à ces mammifères volants de se créer un nid de fortune. Et il si ce n’est pas votre cas, il n’est pas très compliqué de leur construire un abri dans votre jardin pour autant que vous-même ou une personne de votre entourage maitrise les bases du bricolage (tuto ici : clic). Qui plus est, certaines espèces de chauves-souris sont en est en voie d’extinction, alors raison de plus pour leur créer un environnement accueillant.

 

Il y a tellement de choses intéressantes à dire sur ces vertueuses petites bêbêtes, mais je vais me contenter de casser quelques mythes qui pourraient vous freiner à les héberger délibérément :
– Les chauves-souris vampire, ça existe mais en Amérique du Sud, et elles s’en prennent rarement aux hommes.
– Elles ne se coincent jamais dans les cheveux. GROSSE légende pour effrayer les jeunes filles afin de les démotiver à sortir en douce la nuit.
– Elles n’ont rien à voir avec les souris (à part leur nom) car elles ne détruisent pas les isolations murales, câbles électriques, … et surtout, elles ne vont pas se multiplier à l’infini puisque chaque femelle n’a qu’un seul bébé par année.
– Concernant leur gabarit, en Europe, ailes fermées, elles atteignent rarement la taille de ton téléphone portable, et les plus petites font la taille de ton pouce, donc rien de très effrayant dans tout ça 😉

Je termine par un (parmi les nombreux) point positif : elles se nourriront des insectes qui entourent ta maison. Et ça c’est jackpot parce que tu laisses faire la magie de la merveilleuse chaine alimentaire, au-lieu d’utiliser tes insecticides de prout qui produisent des déchets, qui bousillent la couche d’ozone et qui t’intoxiquent les poumons et la peau sans que tu t’en rendes compte.

Ici, Max Bird avec sa vidéo : les idées reçues sur les chauves-souris 😉

« Batman, la super-chauve-souris qui protège ton épiderme des piqures de moustiques »

 

 

Deuxième avantage environnemental :

Cette fois-ci je vais m’attaquer à un point qui en fera frissonner plus d’un mais qui fait pourtant une grosse différence : les araignées.

Et oui, si les chauves-souris s’occupent de l’extérieur de ta maison histoire que tu puisses profiter tranquille de ta terrasse les soirs d’été (merci Batman ! 😉 ), il faut bien trouver une solution pour les insectes indésirables qui parviennent à entrer chez toi, parce qu’une fois entrés, ils s’y sentent bien et y restent ad vitam aeternam.

Cependant, je dois t’avouer que je ne suis toujours pas très franche avec ces dames à huit pattes. Et vu que je les intimide surement aussi, elles et moi avons fini par trouver un terrain d’entente : elles ne squattent que mon plafond et les zones cachées (derrière mes meubles par exemple). Alors certes, tu pourras toujours te moquer en disant que j’ai « une araignée dans le plafond », ou encore que j’ai un plafond digne d’une soirée Halloween, mais comme je les laisse tranquilles, elles se promènent rarement ailleurs dans ma maison.

Pour ton info, si tu es du genre phobique, permets-moi de te dire que ce n’est pas en enlevant toutes les toiles que tu trouves que la demoiselle va disparaitre comme par magie ou arrêter de s’abriter chez toi quand il fait frais dehors. Au contraire, chaque fois que tu détruiras sa toile, l’araignée se mettra constamment à la recherche d’un endroit pour filer, et donc bonjour les crises d’angoisse quand tu la verras dans ta baignoire ou cachée derrière la porte. Tu seras constamment à l’affût, prêt à bondir, et ça c’est pas bon pour ton ptit cœur <3

Mais comment faire ? C’est simple : décide d’un endroit qui te convient, où tu les laisseras tranquille et où elles pourront se faire des boustifailles de moucherons sans te donner des sueurs froides. Et enlève les autres toiles de ta maison. Les plus intelligentes finiront par se tisser une toile dans la « peace zone » et ça tombe bien puisque ce sont aussi celles qui chasseront le mieux 😉

Après ça, rares seront celles qui exploreront le reste de ta demeure. Ça arrivera encore, mais beaucoup beaucoup moins souvent. Tu feras donc moins de victimes (si tu écrases la bête à coup de pantoufle ou que tu as dressé ton chien / chat à les bouffer. Sinon tu peux demander à une bonne âme de la mettre dehors).

 

C’est qu’elles sont gâtées mes fifilles avec mon plafond à poutres 😉

 

J’aime bien voir ça comme du donnant donnant : j’abrite les arachnides sous mon toit et en échange elles bouffent les moustiques et mouches. Il s’agit d’une symbiose 😉 😉 😉

« Ouais, mais les araignées peuvent mordre, ça tient pas la route ton truc… » Et bien sache que si tu t’es fait mordre une nuit, ça n’arrivera plus les jours suivants, car l’araignée l’aura fait uniquement pour se protéger (si par exemple elle était pas loin et que dans ton sommeil tu as brutalement posé ta main à côté d’elle : gnap). Elle ne prendra pas un malin plaisir à venir te mordre toutes les nuits, contrairement à l’autre suceur agasang (agaçant – sang, ahah t’as compris ? 😀 ). Je te le rappelle : sa nourriture principale c’est les insectes, alors que pour le moustique c’est ton sang !

 

« Spiderman, la super-araignée qui protège ton épiderme des piqures de moustiques »

 

 

Ce sera tout pour mes astuces, tu pourras en trouver plein d’autres sur internet (viens voir ici un tuto écolo écrit par Alexandra : la bougie à la citronnelle), mais selon moi il n’y a rien de mieux que de laisser faire la nature, grâce à la magie de la chaine alimentaire, tellement importante pour notre écosystème. Pour subvenir aux besoins de tous ces nouveaux animaux, tu n’as plus qu’à leur acheter des croquettes ! Ah ben non, idiote, puisqu’ils mangent tes moustiques 😉

 

Prends soin de toi… et de tes nouvelles bêbêtes <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.