Comment faire de l’auto-stop l’esprit serein ?

 

« Rho, moi j’oserai pas… Et toi, une fille, … rholala… »

« Tu n’as pas peur  de ce qui pourrait arriver ? »

« Mais t’as ton permis et une voiture, pourquoi tu te mets en danger ?!! »

« Va ! Risque ta vie si ça te chante ! Tarée… »

 

Quand j’ai annoncé que je traversais la France en auto-stop, les réactions ont été très diverses. J’ai évidemment reçu des encouragements et des remarques positives (merci maman et papa), mais d’autres ont été très, très, TRES prévenants et méfiants, j’avais parfois l’impression que je venais de leur annoncer que je partais vivre en Russie avec écrit sur mon front « Frappez-moi, je suis homosexuelle ». Ca c’est dangereux.

 

Breeeef, non, faire de l’auto-stop c’est pas LE truc le plus menaçant que tu puisses faire dans ta vie. Y a des gens, et peut-être en fais-tu partie, qui décident de se lancer dans des métiers de foufou-dingo-du-ciboulot, comme policier, pompier, chasseur de dragons, dresseur de fauves, astronaute, enseignant, … toi-même tu connais tes classiques. Mais même si tu décides de vivre une vie tranquille dans un job « sans danger », tu risques ta peau au quotidien ! Traverser la rue, et PAF ! Un bus. Cuire des pâtes et PAF ! Fuite de gaz. Rouler sur l’autoroute et PAF ! Un sanglier paumé. Prendre l’avion et PAF ! L’hôtesse renverse un coca. Ok ok je me calme 😉

Tout ça pour dire que si on prenait trop de précautions, bah on resterait enfermés chez soi, la peau pâle et les yeux rouges, les nerfs à vif, sursautant au moindre bruit. Comme des rats de labo en fait… Et la mauvaise nouvelle c’est qu’on finirait quand même par crever.

Source : pixabay.com
Couic ?

 

Je crois que je me suis encore éloignée du sujet…

Nous y revoilà : je voulais profiter de cet article pour vous démontrer que oui, l’auto-stop c’est prendre des risques, toutefois ceux-ci sont minimes, tant qu’on applique quelques règles de sécurité de base.

Voici une liste de 4 techniques infaillibles basiques qui vous permettront de vivre votre aventure plus sereinement :

(je ne prétends pas être une spécialiste, loiiiin de là. Si tu veux des conseils supplémentaires et plus « pros », va voir dans les sources en fin d’article 😉 )

 

 

Avec ton smartphone, prend en photo la plaque d’immatriculation de la voiture dans laquelle tu montes, et envoie la à une personne proche.

Cela te permettra de reprendre l’avantage si le chauffeur dévie de route ou adopte un comportement malsain (main sur la cuisse par exemple). Il te suffira de lui lâcher « J’ai envoyé votre plaque d’immatriculation à mes amis. » Tu peux aussi ajouter, si tu veux lui mettre la pression : « S’il m’arrive quelque chose, la police vous retrouvera en un rien de temps. »

Évidemment,il s’agit là de prévention, pour te rassurer toi-même, savoir que tu as un plan de secours si ça dérape, ça permet d’être plus serein. Mais honnêtement, je n’ai pas eu à intimider le chauffeur une seule fois, et les autres auto-stoppeurs croisés avec qui nous avons discuté n’ont jamais eu à le faire non plus.

Pas besoin d’être forcément discret quand tu prends le cliché : je crois que plusieurs chauffeurs nous ont capté en train de le faire. La plupart font semblant de n’avoir rien vu. L’un d’entre eux, un brave homme qui travaille dans la sécurité et qui se faisait du souci pour nous, n’a pas pu s’empêcher de nous le dire après 10 minutes de route : « C’est bien ce que vous avez fait là, ça montre que vous prenez l’auto-stop au sérieux. Vous minimisez les risques, et ça me rassure de voir que vous savez vous y prendre. »

 

Ne pas avoir peur de dire « non ».

Il est important de jauger rapidement les risques avant de monter, pour pouvoir éviter de s’embarquer n’importe où. Il y a certains cas de figures qui devraient te rebuter très vite, comme par exemple une haleine alcoolisée, mais parfois, il s’agit juste d’un pressentiment au fond de toi qui t’envoie des signaux d’alarmes. Respecte ton ressenti et refuse poliment, tu trouveras quelqu’un d’autre. Il n’y a rien de pire que de monter dans une voiture avec une petite voix au fond de ta tête qui te répète « Je le sens pas…je le sens pas…je le sens pas… ». C’est pas voyager serein ça 😉 Et je suis persuadée que les pensées négatives attirent les ondes négatives. Donc évite.

Pareil une fois que tu es dans la voiture : n’aies pas peur de réclamer qu’on te laisse à la prochaine station ou au prochain péage, si jamais tu estimes la conduite du chauffeur dangereuse ou encore que son attitude t’inquiète de plus en plus. Tu es là pour faire de l’auto-stop, pas pour risquer ta vie ou passer un mauvais moment !

Source : pixabay.com
« Je crois que je vais poliment refuser … »

 

Surveille la route (smartphone, GPS, cartes et panneaux routiers).

Juste au cas où le chauffeur ne t’emmènerait dans la bonne direction, intentionnellement ou pas d’ailleurs. On a vécu le cas sur la route Belgique-Marseille, nous étions montées dans la voiture d’un homme japonais qui ne parlait pas un mot de français, on a du se débrouiller avec nos accents anglais de prout, autant pour lui que pour nous, et il se trouve qu’on s’est mal compris. On voulait aller en direction de Paris, mais pas jusque Paris. Or lui avait compris qu’il pouvait nous déposer dans Paris… Youpie ! Heureusement, mon amie surveillait la route et dès que le chauffeur a entamé la mauvaise direction pour nous, elle a réagit à la seconde et on a pu se faire déposer à la station la plus proche, à hauteur de Reims.

 

Ne t’endors pas dans la voiture.

Même si tu es crevé(e) d’avoir passé tout ce temps en plein soleil, debout, le pouce en l’air, ne dors pas en voiture ! Si vous êtes deux, vous pouvez vous alterner à la sieste, mais l’idéal est de toujours garder une personne pour discuter avec le chauffeur (voire pour surveiller son comportement, mais encore une fois, je n’ai rien vécu d’inquiétant). Mets-toi à sa place, si tu avais à prendre des voyageurs dans ta voiture, tu apprécierais écouter leurs aventures et leurs péripéties.

Source : pixabay.com

 

 

Voilà, c’est tout pour mes conseils sécurité. Ce sont ceux que j’ai le plus utilisés lors de ce premier long voyage en auto-stop. N’hésite pas à consulter les liens en sources, plus bas, tu auras pleiiiin d’autres informations complémentaires très pratiques si tu veux te lancer dans l’aventure !

Si ça t’intéresse, je publierai prochainement quelques anecdotes vécues sur le chemin (parce qu’évidemment, il y en a 😉 ) ainsi qu’une liste des avantages et inconvénients de l’auto-stop.

La bise sur ton front

 

 

 

Sources :

Conseils pour faire de l’auto-stop : wikihow

Capitaine Rémi : Guide auto-stop, conseils et techniques pour faire du stop

Et si vous voyagiez en auto-stop ? Ou le guide de l’auto-stoppeur

Voyager en auto-stop selon Little Gypsy

 

A lire aussi :

Le blog de l’aventurière fauchée

Le blog du Capitaine Rémi

Le blog « le sac à dos »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.