La maison Sourire

Pour lire l’intégralité de mon aventure à Arlon, c’est ici :

Mes valises pour Arlon

Journal d’une semaine de folie à Arlon

Arlon, le débrief’

 

Février 2018, je m’apprête à suivre une formation d’une semaine à Arlon. Toutefois, j’ai décidé de vivre l’aventure : je ne reviendrai pas dormir ce soir à la maison. Je prépare mon sac à dos pour la semaine et je compte improviser une fois en ville. Sortir de ma zone de confort, c’est nouveau pour moi, mais je décide de voir grand.

Quand la première journée de formation se termine, à 16h, je me dirige vers le centre-ville pour demander un hébergement. Peu de gens répondent aux portes, la plupart étant encore au boulot. J’entre dans des magasins, dans les bistrots, à l’office du tourisme, je tente même l’église, mais après 2h de recherches, je perds espoir. Les gens ont toujours été très souriants et compatissants, mais aucun ne pouvait ou ne voulait m’héberger.

La nuit est tombée, je me suis perdue. Je me résigne à retrouver ma voiture pour aller dormir sur la banquette arrière. Je lève la tête pour chercher la plaque de nom de rue et là, je reconnais une fenêtre. Je suis déjà passée devant, les rideaux et la décoration me sont familiers. La lumière derrière la vitre me réchauffe le cœur, tel un sourire sincère.

« Allez, j’ai rien à perdre, c’est ma dernière tentative. »

Cinq minutes plus tard, je suis assise à table devant un thé bien chaud. Ce brave homme qui m’a ouvert sa porte discute avec moi, malgré la fatigue de sa journée de travail qui se lit sur son visage. Ses deux enfants jouent dans le salon. Sa femme ne va pas tarder, ils prendront une décision tous les deux quand elle sera rentrée. En l’attendant, j’aide l’ainé des enfants à corriger ses devoirs.

Voilà la maman, j’ai le cœur qui palpite. Elle se présente tout sourire et me fait la bise. On se tutoie déjà. Au fil de la conversation, ils comprennent mon envie de sortir du train-train et conviennent ensemble que oui, je suis la bienvenue pour la semaine. Elle explique la situation aux enfants et me propose de leur lire une histoire pour le dodo. Je suis ravie. Eux aussi.

La semaine se passe. J’aide comme je peux aux tâches quotidiennes : aider au souper, jouer avec les enfants, faire la vaisselle, surveiller le brossage des dents et lire des histoires avant de les mettre au lit. Les enfants s’habituent à ma présence et sont moins timides. Romane est même très bavarde, et Antoine n’a plus peur d’exprimer ses émotions devant moi.

La soirée de jeudi est la dernière que je vais passer chez eux. Je fais des courses qu’on m’a demandé de prendre avant de rentrer et j’en profite pour leur acheter à chacun un cadeau. Pour Antoine qui apprend à lire, une BD et pour Romane qui aime tant dessiner, une boite de marqueurs à gouache.

Quand je leur offre mes présents, leurs visages s’illuminent. Il ne faut pas deux minutes pour qu’ils se mettent à table. Antoine feuillette son livre et Romane amène une pile de feuilles. Elle se met à gribouiller, encore et encore, Antoine s’y mets aussi, sous mon regard attendri.

« Tiens, c’est un souvenir pour toi ! » s’exclame Romane. « Là c’est Antoine, là c’est moi, puis il y a le soleil, et au-milieu c’est la maison ! »

« La maison sourit ? »

« Ben oui, c’est bien pour ça que tu es rentrée ici, non ? »

 

 

 

 

« La maison Sourire » inspiré par le dessin de Romane.

 

La reproduction du dessin est fabriquée à partir d’une bouteille en plastique dans laquelle j’ai incorporé le nécessaire pour une ampoule, puis a été recouverte de pâte de papier-mâché. Cette lampe de chevet m’aura pris en tout environ 7 heures de travail (sans compter le temps de séchage) et je sais pas vous, mais je l’adore !

 

Bouteille avec ampoule
1ère étape de la création : mettre l’ampoule en bouteille

 

2 Commentaires

  • Stéphanie Répondre

    Belle expérience et jolie réalisation. J’adore <3

  • vero Répondre

    Vraiment chouette, la réalisation finale. Et tout cela en partant d’un dessin d’enfant. Bravo.

Répondre à vero Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.