La masure du baron De Traviole

 

 

 

Il était une fois un jeune baron, qui se nommait Eugène De Traviole. C’était un baron hors du commun, premièrement parce qu’il ne vivait pas dans le luxe mais bien dans une petite chambre de bonne, son défunt père ne lui ayant pas laissé grand chose après avoir tout perdu au Tiercé. Mais ce qui faisait de lui quelqu’un de vraiment inhabituel, c’était son gout pour tout ce qui est de travers. Un éclair au chocolat avec le nappage qui dérape, il le mangeait avec deux fois plus d’appétit ! Sa chemise en soie qui avait une manche plus longue que l’autre, pour sûr, c’était celle qu’il préférait ! Le cadre de famille accroché au mur était penché, et gare à celui qui le redresserait.

 

Un jour, le jeune homme apprit par un courrier qu’un oncle lointain venait de souffler son dernier soupir. Le défunt n’avait point d’enfants, et bien qu’Eugène n’ait jamais rencontré ce vieillard, il apprit qu’il était le seul héritier. Il découvrit également dans l’enveloppe une clé et l’adresse d’une habitation qui lui revenait de droit, dans laquelle il dénicherait tous les objets de valeur de feu son oncle. Eugène était ravi.

 

Quand il se rendit à ladite adresse, il se retrouva face à un manoir bien droit. Trop droit. Les portes étaient régulières, les fenêtres perpendiculaires au sol, les tuiles du toit parfaitement rangées, les escaliers sans écarts, le carrelage aligné au millimètre près, … trop, c’était trop !

Non non non, le baron ne voulait pas de cette maison, il savait d’avance qu’il allait devenir fou au-milieu de toute cette perfection. Et de fait, il ne fallut pas deux jours à vivre dans cet enfer pour que le baron prenne sa décision : il vendrait au plus offrant et ferait ensuite construire la maison de ses rêves, au milieu des bois pour que personne ne puisse manquer de respect à son coin de paradis en tentant de redresser un brin d’herbe de sa pelouse.

 

 

Cette histoire, chers amis, n’était que légende et fabulation à mes yeux, jusqu’au jour où, lors d’une promenade forestière plus poussée qu’à mon habitude, je me retrouvais nez-à-façade avec ce bijou complexe d’architecture. Il n’y avait plus aucun doute, le baron avait bel et bien fait construire une bâtisse : seule la demeure De Traviole pouvait tenir debout tout en étant aussi imparfaite et irrégulière…

Quand on observe l’une des tours, on guette la seconde où elle s’effondrera. La toiture ne comporte pas deux tuiles de la même taille. La porte d’entrée est oblique, à se demander si on sait seulement l’ouvrir. Les fenêtres sont de dimensions aléatoires. Et prenez garde si vous tentez de monter les escaliers, vous risqueriez de trébucher ! Avec une chaumière de travers pareille, il est certain que le baron a du y vivre ses jours les plus heureux.

 

Clique sur les images pour les voir en plus grand.

 

 

Clique ici pour voir à quoi ressemblait la maison quand elle était en construction et pour connaitre ma formule magique de papier-mâché.

2 Commentaires

  • Véronique Répondre

    Chouette de la voir terminée.

    • Élodie Smet Répondre

      Il m’aura fallu de la patience, mais ça y est ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.