Mes valises pour Arlon

Après trois semaines d’absence sur les réseaux, me voici de retour avec la patate et un gros évènement en vue.

Je suis actuellement en train de préparer ma valise pour passer une semaine de formation à Arlon : le Challenge Starter Camp. Une forma pour, je cite : challenger mes idées, confronter mon rêve à la réalité de terrain et construire mon projet de vie.

J’ai trop hâte, je ne tiens plus en place ! 😀

 

Comme Arlon c’est pas tout-tout-proche de mon petit cocon, et que je suis dans une optique de « non non non à la pollution », vous vous doutez bien que je ne vais pas me taper la route chaque matin et chaque soir en voiture. Beeek l’essence.
Le covoiturage reste une option attirante.
Et bien que j’adore le train, n’en parlons pas, puisque c’est presque 4 heures pour l’aller, puis de même pour le retour.

C’est en réfléchissant aux options que j’ai fait gambader mon imagination. J’ai toujours rêvé de tester la vie de baroudeuse. J’espère sincèrement pouvoir un jour être capable de partir sur un coup de tête à l’autre bout du monde et me débrouiller avec un sac à dos et mes notions d’anglais. Mais autant voir si je suis déjà assez débrouillarde pour vivre cinq jours au fin fond de la Belgique, en plein hiver.

L’horaire de la formation : de 9h à 16h.

Je compte donc partir lundi matin en voiture et suivre ma première journée de formation.

En fin de journée, sympathiser et discuter avec les Arlonais pour connaitre une éventuelle possibilité d’hébergement en échange de services. Puisque je termine mes journées à 16h, c’est carrément envisageable pour moi de me rendre utile. Ça pourrait être chez une famille en échange de la garde d’enfants et l’aide aux devoirs, ça pourrait être chez une personne âgée pour faire le ménage, dans une ferme pour aider aux tâches quotidiennes, … il y a tellement d’options !!

Évidemment, il y a des risques que je ne trouve pas dès le premier soir. C’est pourquoi je prévois de prendre mon matelas gonflable que j’installerai dans ma voiture, banquette arrière rabattue. Oui, ça va cailler, donc je prévois aussi une tonne de couvertures. Ma voiture transformée en wagon-lit, je m’installerai sur l’aire d’autoroute la plus proche, comprenant de préférence une station essence night and day pour pouvoir profiter des toilettes et du café-croissant du matin.

Si mercredi je n’ai toujours trouvé aucun hébergement, je discuterai avec les autres starters de la formation pour voir s’il est possible d’envisager un co-voiturage, puis retour chez moi au soir, histoire de retrouver ma douche, mon homme, mon chien et mon lit. Le jeudi matin, dans le meilleur des cas je partagerai les derniers trajets de la semaine avec qq’un de la formation, ou dans le plus drôle des cas je repartirai en quête d’un hébergement pour les deux jours restants.

 

Souhaitez-moi bonne chance !

 

 

 

 

Tu veux connaitre la suite ? Lis cet article 😉  Journal d’une semaine de folie

6 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.